Accueil / Représentation et festivités / Festivités et réceptions / Etudes modernes / Hommes et femmes dans les tournois du Moyen (...)

Hommes et femmes dans les tournois du Moyen âge

Joachim K. Rühl

Joachim K. Rühl, « Hommes et femmes dans les tournois du Moyen âge », Clio, numéro 23-2006, Le genre du sport.

Résumé de l’article

Au cours des diverses périodes allant de 1062 au début du XVIIe siècle, hommes et femmes se spécialisent dans des rôles différents dans les tournois, en fonction des types d’épreuves et du pays où elles se déroulent.

En commençant par le haut, une reine comme Catherine d’Aragon pouvait être la promotrice désignée d’un tournoi royal et, sur le continent, à l’occasion de mariages de cour, les épouses et leurs filles d’honneur constituaient le groupe central des personnages regardant les actions depuis leurs balcons. En Allemagne, seules les jeunes femmes vertueuses étaient admises à la finale de la danse de la bougie. À la Cour anglaise, les femmes ne déterminaient pas les vainqueurs des tournois ; cela était une prérogative réservée aux hérauts et juges du tournoi. Lors de la cérémonie pour les vainqueurs, seules les dames des plus hauts échelons de la société distribuaient les prix à partir des décisions des hérauts.

Même si, lors des cérémonies d’ouverture, les adversaires et/ou répondants paradaient occasionnellement avec leurs « inévitables jeunes demoiselles » dans un char, les jeunes femmes n’appartenaient pas à la liste des prix, mais à l’imagination des chevaliers. Les faits et la fiction étaient des mondes séparés qui, cependant, s’influençaient mutuellement fortement. Malgré les tentations, les amours courtisanes et les tournois ne se sont jamais vraiment rencontrés sur les terrains de joutes. Les hommes restaient entre eux et les représentantes du beau sexe de toutes les strates sociales inférieures n’étaient autorisées qu’en tant que spectatrices.

Lire la suite sous forme de document pdf (Cairn)