Accueil / Histoire et fonction / Finances et gestion territoriale / Etudes modernes / Bâtir la fortune du Prince. Éléments d’une (...)

Bâtir la fortune du Prince. Éléments d’une sociographie des receveurs locaux au bas Moyen-Âge, principalement dans le comté de Flandre

Tim Soens

Tim Soens, "Bâtir la fortune du Prince. Éléments d’une sociographie des receveurs locaux au bas Moyen-Âge, principalement dans le comté de Flandre", dans Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol. 29/1, année 2002.

Extrait de l’article

La société européenne du bas moyen âge a largement payé le prix de la guerre. En marge du conflit séculaire qui opposait les couronnes de France et d’Angleterre, maintes fois les armes furent prises et les oriflammes déroulées par les rois, les princes, la noblesse, les villes et les paysans de la chrétienté occidentale. Les participants malchanceux payaient de leur vie, mais tous payaient le prix matériel : guerroyer coûtait cher et à la fin du moyen âge les frais étaient en hausse, à cause non seulement de la multiplication des conflits, mais aussi de la professionnalisation lente mais irréversible des armées. À la longue, l’étendue des ressources dont disposaient les parties était souvent décisive et même si la guerre n’éclatait pas, l’argent était indispensable afin de maîtriser les adversaires internes et externes. Si ce sont les rois et les princes qui le plus souvent sont sortis vainqueurs de ces épreuves de force, au détriment des villes et des nobles, et s’ils ont réussi à réaliser une plus grande centralisation au niveau de l’État, c’est - au moins en partie - que leurs moyens financiers étaient plus importants.

Lire la suite (perspectivia.net)

Aide
Une fois accédé à la page de l’article sur perspectivia.net :
- pour imprimer ou copier une partie du texte, cliquez sur "Metadata".
- pour accéder à l’article sous forme de fichier image, cliquez sur le lien qui suit les termes "BSB Digitale Bibliothek". La navigation se fait grâce aux boutons "Seite vor" (page suivante) ou "zurück" (page précédente).