Accueil / Individus, familles, groupes / Groupes sociaux / Etudes modernes / Points de vue sur la chevalerie en France à la (...)

Points de vue sur la chevalerie en France à la fin du Moyen Age

Philippe Contamine

Philippe Contamine, Points de vue sur la chevalerie en France à la fin du Moyen Age, dans : Francia - Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol. 4 (1976), p. 255-286.

Extrait de l’article

En dépit des apparences, nos connaissances sur la noblesse française à la fin du Moyen Age sont encore bien imparfaites et, en tout cas, présentent d’importantes lacunes. Les études consacrées exclusivement à ce milieu, à cet »état« , sont assez rares, beaucoup d’entre elles ont vieilli ou encore offrent un caractère trop étroitement généalogique. Cette relative carence est d’autant plus regrettable que, depuis quelques années, la plupart des spécialistes de cette période et de cet espace géographique s’accordent pour attribuer une place de choix au milieu nobiliaire dans l’évolution sociale, politique, économique et culturelle. Le temps n’est plus où l’on envisageait les XIVe et XVe siècles comme un âge où la vieille noblesse, en pleine débâcle, exsangue, avait purement et simplement été éliminée par l’action conjointe de la bourgeoisie marchande, des officiers et des robins. Or, en raison même d’une documentation abondante, voire pléthorique, il convient sans doute, pour une étude approfondie, de faire choix d’un cadre régional suffisamment restreint pour que puissent être suivies, mises en fiches, inventoriées, dans leurs alliances, leur fortune, leurs activités, sinon la totalité du moins la majorité des familles nobles ou réputées telles.

Lire la suite (perspectivia.net)

Aide
Une fois accédé à la page de l’article sur perspectivia.net :
- pour imprimer ou copier une partie du texte, cliquez sur "Metadata".
- pour accéder à l’article sous forme de fichier image, cliquez sur le lien qui suit les termes "BSB Digitale Bibliothek". La navigation se fait grâce aux boutons "Seite vor" (page suivante) ou "zurück" (page précédente).