Accueil / Représentation et festivités / Insignes, vêtement et symboles du pouvoir / Etudes modernes / Les armes symboles d’un pouvoir politique : (...)

Les armes symboles d’un pouvoir politique : l’épée du sacre, la Sainte Lance, l’Oriflamme, aux VIIIe-XIIe siècles

Olivier Bouzy

Olivier Bouzy, Les armes symboles d’un pouvoir politique : l’épée du sacre, la Sainte Lance, l’Oriflamme, aux VIIIe-XIIe siècles, dans : Francia - Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol. 22/1 (1995), p. 45-54.

Extrait de l’article

Cet article reprend quelques-unes des conclusions d’une thèse que j’ai soutenue, sous la direction de M. le professeur Philippe Contamine, sur les épées, les lances et les étendards du VIIIe au XIIe siècle. Images et textes médiévaux m’ont amené à considérer les armes non seulement sous l’aspect pratique de »l’outil de travail« du combattant mais également comme symbole de puissance. Cet aspect n’apparaîtra pas comme une nouveauté pour quiconque aura jeté les yeux sur la tapisserie de Bayeux, et plus précisément sur la façon dont le duc Guillaume le Conquérant, mais aussi le comte Guy de Beaurain arborent ostensiblement une épée dans l’exercice de leur pouvoir. L’épée n’était d’ailleurs pas le seul symbole de pouvoir des milites, elle était le luxe du combattant riche, avant de devenir l’attribut du combattant noble, et c’est par ce biais qu’elle posséda dès le départ une charge symbolique au moins aussi importante que sa fonction militaire. Mais la lance (et plus encore l’épieu), loin d’être une sorte d’arme du pauvre, outil au rabais de piétons peu fortunés, fut en fait l’arme par excellence du combattant.

Lire la suite (perspectivia.net)

Aide
Une fois accédé à la page de l’article sur perspectivia.net :
- pour imprimer ou copier une partie du texte, cliquez sur "Metadata".
- pour accéder à l’article sous forme de fichier image, cliquez sur le lien qui suit les termes "BSB Digitale Bibliothek". La navigation se fait grâce aux boutons "Seite vor" (page suivante) ou "zurück" (page précédente).