Accueil / Histoire et fonction / Politique, guerre et justice / Etudes modernes / Le roi et les cités. Pouvoir royal, pouvoirs (...)

Le roi et les cités. Pouvoir royal, pouvoirs locaux et société au nord de la Loire (VIe-VIIIe siècle)

Josiane Barbier

Josiane Barbier, "Le roi et les cités. Pouvoir royal, pouvoirs locaux et société au nord de la Loire (VIe-VIIIe siècle)", dans Bulletin du Centre d’études médiévales d’Auxerre, année 2005, numéro 9.

Extrait de l’article

Le projet de recherche “Le roi et les cités. Pouvoir central, pouvoirs locaux et société au nord de la Loire, VIe-VIIIe siècle” vise à cerner la manière concrète dont le pouvoir royal s’exerça sous les Mérovingiens et sous les premiers Carolingiens dans ses interactions avec les pouvoirs locaux. Il s’agit de mieux percevoir le poids respectif du roi et des élites des cités et pagi dans le gouvernement et dans l’encadrement des populations, en conciliant perspectives politiques et interprétations sociales. Ce projet s’inscrit dans la problématique actuelle des transformations du monde romain et recoupe en partie les recherches menées par les équipes du LAMOP sur les élites du haut Moyen Âge et de l’UMR 5594 sur la Bourgogne médiévale.

Les bornes chronologiques se justifient par les césures politiques que représentent le règne du mérovingien Clovis Ier d’une part (481-511) et l’avènement du pippinide Pépin le Bref de l’autre (751). Il peut néanmoins s’avérer utile d’étendre les investigations au règne de Pépin Ier le Bref (751-768), sinon à celui de Charlemagne (avant 800), pour apprécier les conséquences de la rupture de 751 en termes d’exercice local du pouvoir.

Quant à l’espace géographique, l’expression “nord de la Loire” est la moins mauvaise manière de caractériser des régions qui ont été le cœur politique du monde franc jusqu’à Pépin le Bref au moins, tout en étant intégrées dans des constructions politiques variables, comme le royaume de Neustrie-Bourgogne et, pour partie, celui d’Austrasie au VIIe siècle. Le choix de ce cadre géographique présente un double intérêt : sa richesse documentaire et la proximité royale, qui influait évidemment sur les interactions entre pouvoir central et pouvoirs locaux.

Lire la suite (revues.org)