Accueil / Vie quotidienne / Étiquette et hiérarchie / Etudes modernes / Le fonctionnement de la cour de Versailles. (...)

Le fonctionnement de la cour de Versailles. Une modélisation des notions de centre et périphérie

Frédérique Leferme-Falguières

Frédérique Leferme-Falguières, "Le fonctionnement de la cour de Versailles. Une modélisation des notions de centre et périphérie", dans Hypothèses, année 1999, numéro 1, pp. 207-218.

Extrait de l’article

À partir de 1682, la cour se sédentarise à Versailles qui est alors pensé et organisé comme le centre quasi unique de la vie politique et culturelle du royaume. Ainsi, les notions de centre et de centralité sont particulièrement présentes et utilisées constamment par la monarchie comme une affirmation du pouvoir. La cour est, non seulement pensée comme le cœur névralgique du royaume dans une vision organiciste du pouvoir, mais aussi comme un modèle culturel global. La cour de Versailles constitue donc un champ d’application privilégié pour les concepts de centre et de périphérie.

Il faut cependant préciser, que la notion de périphérie n’appartient pas à l’univers mental des hommes des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle n’apparaît jamais comme telle dans les sources, mais comme une définition en creux. Tout ce qui n’appartient pas à la cour, tout ce qui n’approche pas, de près ou de loin le roi, est obligatoirement rejeté à l’extérieur. Ainsi, c’est l’ensemble du royaume qui est souvent, de fait, assimilé à une vaste périphérie sans contours précis. Plutôt qu’une relation dynamique, voire dialectique, entre les notions de centre et de périphérie, il faut donc envisager une affirmation absolue du centre qui sert de cadre à la construction étatique et à ses représentations. La centralisation politique et administrative du royaume est une des marques les plus fortes d’un absolutisme qui souhaite réduire les différences régionales et uniformiser le territoire, au moment même ou apparaît le concept de Nation au début du XVIIIe siècle.

Comprendre la relation centre-périphérie dans le système de cour, c’est se placer à deux échelles différentes. À une échelle large, la cour se présente comme le centre politique, économique et culturel incontestable du royaume, dans un contexte général de construction de l’État et de centralisation de ses fonctions. De même, à l’échelle interne, la cour se structure selon un modèle centre-périphérie, et fonctionne selon des systèmes d’exclusion successifs qui définissent une organisation en cercles concentriques autour du roi. Cette structure sociale se manifeste pleinement lors du cérémonial qui fonctionne comme une représentation symbolique du pouvoir.

Lire la suite (Cairn)