Accueil / Individus, familles, groupes / Artistes et architectes / Etudes modernes / Jules Ziegler, un élève oublié d’Hippolyte (...)

Jules Ziegler, un élève oublié d’Hippolyte Bayard

Jacques Werren

Jacques Werren, "Jules Ziegler un élève oublié d’Hippolyte Bayard", dans Études photographiques, année 2002, numéro 12, mis en ligne le 11 septembre 2008.

Résumé de l’article

M. Ziegler fut un des premiers peintres qui comprirent toute l’influence que la photographie devait exercer sur le progrès des arts, aussi s’adonna-t-il avec enthousiasme à la pratique de ces procédés », écrit Ernest Lacan en présentant Jules Ziegler comme un acteur décisif de la photographie. Esprit curieux de tout, constamment en éveil, il disperse une énergie considérable à poursuivre ses recherches et ses rêves dans de nombreux domaines, passant d’un sujet à l’autre sitôt le but atteint ou le succès arrivé, peu soucieux semble-t-il d’exploiter jusqu’au bout le filon de ses réussites. Causeur brillant dont la compagnie stimulante et érudite est recherchée, il fréquente les sphères du pouvoir administratif et politique, sans discontinuité entre la Monarchie de Juillet, la République et le Second Empire. « Différent de beaucoup de songeurs, il rêvait et pratiquait […]. Il a trop cédé aux curiosités de son esprit et disséminé de puissantes facultés d’invention », écrit après sa mort Théophile Gautier, ami fidèle, soulignant à regret que le peintre à la réussite précoce « n’avait qu’à suivre le chemin où ses premiers pas s’étaient empreints si fortement et n’avait pas besoin de se remettre à la recherche d’autres théories et d’autres manières […]. Moins spirituel et moins ingénieux, il serait peut-être un plus grand peintre ». L’homme a en effet de quoi dérouter par le foisonnement inventif d’une vie partagée entre de nombreuses recherches et de multiples passions. La contribution de Ziegler à l’aventure de la photographie aux temps primitifs, thème de cette courte étude, nous échappe cependant aujourd’hui encore largement. Si l’influence d’Hippolyte Bayard est dominante, tant du point de vue technique qu’artistique, les travaux photographiques de Ziegler sont également fortement marqués par son œuvre de céramiste, et, aussi, de peintre.

Lire la suite (revues.org)