Accueil / Art et culture / Peinture et arts graphiques / Etudes modernes / Hubert, ou l’honneur de Daguerre

Hubert, ou l’honneur de Daguerre

Paul-Louis Roubert

Paul-Louis Roubert, "Hubert, ou l’honneur de Daguerre", dans Études photographiques, année 2005, numéro 16, pp. 41-49, mis en ligne le 27 août 2008.

Extrait de l’article

Cet article est à considérer comme le premier écho public des recherches entreprises par Louis Daguerre pour la mise au point de ce qui deviendra le daguerréotype. Ce texte annonce sur le ton de la rumeur une méthode dont les termes semblent pourtant d’ores et déjà bien définis : une planche préparée recueille en noir et blanc l’image – portrait, paysage, etc. – produite par la chambre noire et la conserve pour un temps indéfini. Le rédacteur anonyme de l’article semble relativement bien informé sur le principe de cette merveille artistique sans égale dans les sciences physiques. Il en extrapole pourtant précocement le taux d’achèvement, car à l’époque si Daguerre, lié par contrat à Isidore Niépce, fils de Nicéphore, décédé en 1833, est parvenu à amplifier la réaction photo-chimique de la plaque exposée, il n’a pas de solution à la fixation de l’image obtenue dans la chambre noire comme le prétend l’article.

(...)

La source de cette information paraît fiable. Mais bien plus, le relais de cette source n’est pas innocent : Emmanuel Viollet-le-Duc, chef de bureau au ministère de la Guerre de 1801 à 1809, sous-contrôleur des services du Palais de 1809 à 1814, vérificateur des dépenses de la Maison du roi de 1815 à 1830, gouverneur de 1830 à 1832, est depuis cette date conservateur des résidences et maisons royales à l’Intendance générale de la liste civile et, à ce titre, logé au palais des Tuileries près du roi Louis-Philippe. En cotoyant ainsi l’Intendance générale de la liste civile, les images de Daguerre s’approchent de la direction des Musées dirigée par le comte Auguste de Forbin, si prévenant l’égard de Daguerre lors de la remise des prix du Salon de 182415. Le doute émis par Hubert dans son article du Journal des artistes pousse Daguerre à chercher des appuis et à maintenir sa réputation afin de convaincre la communauté artistique de la réalité de son invention. Pour cela, Daguerre ira jusqu’au plus haut de l’échelle hiérarchique de l’institution des beaux-arts du royaume.

Lire la suite (revues.org)