Accueil / Art et culture / Littérature et philosophie / Etudes modernes / Le pouvoir féerique

Le pouvoir féerique

Éric Méchoulan

Éric Méchoulan, "Le pouvoir féerique", dans Fééries, année 2006, numéro 3, pp. 43-57, mis en ligne le 05 février 2007.

Résumé de l’article

Dans les rapports entre conte et politique, le plus évident est celui de la représentation. Les contes, régulièrement, mettent en scène rois, princesses, pouvoirs hérités, provinces conquises ou souverainetés méritées. Sans du tout contester cette importante présence, au contraire, je voudrais esquisser l’ancrage socio-politique à partir duquel la « vogue » des contes de fée (comme on en parle souvent) a pu opérer et voir si l’on ne pourrait pas penser le rapport entre conte et politique sous un angle presque inverse : ce ne sont pas tant les contes qui représentent des enjeux politiques, ce sont les pouvoirs en place qui prennent l’allure de contes de fées. Je prendrai ensuite pour exemple deux cas de figure chez Jean de Préchac et François-Augustin Paradis de Moncrif.

Lire la suite (revues.org)