Accueil / Histoire et fonction / Politique, guerre et justice / Etudes modernes / Douceur, négociations et réconciliation - Le (...)

Douceur, négociations et réconciliation - Le gouvernement de Louis XIV face à la Fronde des grands (1648-1661)

Nina Brière

Nina Brière, Douceur, négociations et réconciliation - Le gouvernement de Louis XIV face à la Fronde des grands (1648-1661), maîtrise d’histoire dirigée par Michel de Waele, Université Laval, Canada, mai 2009.

Résumé

La Fronde est une révolte qui n’a pas été réprimée dans le sang ni contenue par la
force par le gouvernement de Louis XIV. En fait, sous l’influence du ministre Mazarin, la
monarchie française a mis un terme au conflit en utilisant la clémence et la douceur, des
valeurs considérées comme royales à l’époque. Néanmoins, la méthode gouvernementale
employée afin de venir à bout des troubles est teintée de tempérance. Il semble que la
répression soit plus sévère face à des révoltés de moins haute naissance. La résolution du
conflit présente un certain nombre d’étapes dans le but d’éloigner de façon progressive les
révoltés les plus radicaux. Alors que la vision traditionnelle de l ’histoire considère le
gouvernement de France comme étant absolu, il semble en fait qu’il ait besoin de l’appui de
certains privilégiés de la société avec qui il doit collaborer. De ce nombre font partie les
grands nobles, dont la puissance des plus mécontents d’entre eux a su paralyser le
gouvernement pendant la Fronde. Après avoir écarté les grands révoltés, il importe à la
monarchie de les reconquérir. Elle utilise alors le système de patronage-clientèle pour y
parvenir. Une fois l’amnistie négociée, le gouvernement peut récupérer la fidélité de ses
puissants collaborateurs et s’assurer d’une réconciliation réussie pour le bien de l’État.

Lire la suite (Archimède)