Accueil / Art et culture / Arts décoratifs / Etudes modernes / L’orfèvrerie amiénoise au XVIe siècle : Jehan de (...)

L’orfèvrerie amiénoise au XVIe siècle : Jehan de Graval et la châsse de sainte Godeberthe de Noyon

Michel Hérold, Martine Plouvier

Michel Hérold et Martine Plouvier, " L’orfèvrerie amiénoise au XVIe siècle : Jehan de Graval et la châsse de sainte Godeberthe de Noyon", dans Revue de l’Art, année 1985, volume 67, numéro 67, pp. 77-84.

Extrait de l’article

L’enquête d’inventaire portant sur le trésor de la cathédrale de Noyon a permis de redécou­vrir le contrat passé en 1499 par la fabrique de la cathédrale avec Jehan de Graval, orfèvre amiénois, pour la fiertre de « Madame saincte Godeberthe ».

Ce contrat n’était pas ignoré des historiens, puisque le texte en avait déjà été publié deux fois au cours du XIXe siècle, et le « patron de la fiertre », au verso, exposé en 1869 à Beauvais, puis reproduit en fac-similé héliographique dans le Musée des Archives départemen­tales, recueil de documents paléographiques paru en 1878 ; mais, contrat et dessin n’avaient jamais conduit à une étude approfondie mettant en relation la représentation d’un objet d’orfèvre­rie, la création d’une telle châsse et son contexte historique.

Il a donc semblé bon de publier ce dessin qui présente le double intérêt exceptionnel d’être à la fois une représentation graphique ancienne rare d’une pièce d’orfèvrerie — jusqu’à ce jour, la seule connue du XVe siècle représentant une châsse — et un jalon daté parmi la filiation des châsses.

L’enquête historique conduisait à Amiens afin de mieux appréhender l’origine et la carrière de Jehan de Gravai. Par une chance inaccoutu­mée pour cette période, cette recherche se révé­lait fructueuse puisqu’elle permettait d’exhumer des archives municipales quatre pièces sur le seul Jehan de Graval, et mettait au jour l’intense activité des orfèvres amiénois.

Lire la suite (Persée)