Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / Les escaliers de Carrouges

Les escaliers de Carrouges

Marie-Hélène Since

Marie-Hélène Since, "Les escaliers de Carrouges", dans Revue de l’Art, année 1993, volume 102, numéro 102, pp. 62-63.

Extrait de l’article

Les deux escaliers tournants à vo­lées droites et jour central du château de Carrouges (Orne), à peu près ignorés des historiens de l’architec­ture, sont sans doute les premiers du genre dans la France du Nord.

L’escalier principal, de vastes di­mensions (6 X 7 m), s’insère dans l’angle postérieur droit de la cour du château et donne accès d’un côté à un pavillon d’habitation, de l’autre à une galerie. Extérieurement, il ne se manifeste par aucune dispo­sition particulière si ce n’est, sur la cour, par une grande lucarne à deux fenêtres jumelées. Intérieurement, les quatre piles formant noyaux portent des berceaux inclinés et des voûtes d’arêtes. L’ensemble est entièrement bâti en briques et la main courante traitée en granit.

Les recherches que nous avons poursuivies dans les archives nous permettent d’attribuer cet escalier à l’architecte bas-normand François Gabriel, fondateur de la dynastie, et de le dater de 1579. Cet escalier est donc antérieur d’une vingtaine d’an­nées à celui de Ducey dans la Manche, premier exemple connu de ce type au nord de la Loire.

Lire la suite (Persée)