Accueil / Histoire et fonction / Politique, guerre et justice / Etudes modernes / Servir ? La noblesse française face aux (...)

Servir ? La noblesse française face aux sollicitations militaires du roi (fin du règne de Saint Louis-fin du règne de Philippe le Bel)

Xavier Hélary

Xavier Hélary, « Servir ? La noblesse française face aux sollicitations militaires du roi », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 13, 2006, p. 21-40

Extrait de l’article

On examine habituellement les questions liées au service militaire rempli par la noblesse du point de vue du roi. Les sources, de fait, y inclinent et, fort légitimement, c’est le renforcement tendanciel du pouvoir royal (dont l’aspect militaire est peut-être la facette la plus importante, d’autant que la fiscalité lui est étroitement liée) qui a prioritairement intéressé les historiens. Cependant, à n’adopter que ce point de vue, on risque de n’apercevoir qu’une partie de la réalité, et d’abord parce que les documents produits par le gouvernement royal ont souvent une valeur avant tout normative, particulièrement sans doute dans ces deux domaines si proches que sont la fiscalité et la levée des armées. L’objet de cet article est de rassembler quelques éléments d’explication sur la réception, par la noblesse française, à laquelle elles s’adressaient prioritairement, des sollicitations royales en matière militaire, entre la croisade de Tunis et la fin du règne de Philippe le Bel, une période reconnue depuis longtemps comme décisive dans la mutation du recrutement des armées. Il s’agit du coup d’examiner les motivations qui ont pu pousser les combattants à servir dans les armées royales, et à évaluer la pertinence du stéréotype volontiers mis en avant par l’éthique nobiliaire, le service du roi, et la place relative qu’il a pu jouer dans la constitution des armées royales à cette époque.

Lire la suite (revues.org)