Accueil / Vie quotidienne / Corps, costume et parure / Etudes modernes / Corps de Reine. Du corps sublime au corps (...)

Corps de Reine. Du corps sublime au corps souffrant d’Élisabeth de Valois (1546-1568)

Sylvène Edouard

Sylvène Édouard, « Corps de Reine.
Du corps sublime au corps souffrant d’Élisabeth de Valois
(1546-1568) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 29 mars 2010, http://chretienssocietes.revues.org/index2186.html

Compte rendu de l’article

Le corps d’Élisabeth de Valois (1546-1568) a été entièrement dévoué à la politique. Son éducation, centrée sur la danse, doit aussi comprendre la maîtrise de soi, afin de révéler la majesté de la reine. Élisabeth a dû s’adapter à l’étiquette rigide de la cour d’Espagne tout en montrant sa grandeur par une gravité mêlée de douceur et par sa beauté. Son corps est aussi un corps politique, livré comme garant de la paix par le mariage avec Philippe II, au service de la France et de ses relations avec l’Espagne ; il doit donc plaire au roi et lui donner des enfants, un héritier : dévouée à cette tâche, Élisabeth meurt en couches, sans avoir pu mettre au monde un fils.

Accéder à l’article (revues.org)