Accueil / Histoire et fonction / Perception de la cour & la royauté / Etudes modernes / Les Métamorphoses du concept de souveraineté (...)

Les Métamorphoses du concept de souveraineté (XVIe - XVIIIe siècles)

Gaëlle Demelemestre

Demelemestre, Gaëlle, Les Métamorphoses du concept de souveraineté (XVIe - XVIIIe siècles), thèse de doctorat, Université Paris-Est, 2009.

Extrait du texte

Aujourd’hui encore, notre vie politique est organisée autour de la relation de commandement à obéissance à laquelle nous oblige la souveraineté politique. Mais ce rapport d’obligation est une forme particulière du pouvoir politique, qui émerge au XVIe siècle à travers la pensée de Bodin, dans une conjoncture historique précise. Comment ce concept, renvoyant à l’obéissance absolue et inconditionnée des « francs sujets » à leur Souverain, a-t-il pu être conservé par les sociétés démocratiques modernes ? L’indivisibilité et la transcendance de ce pouvoir peuvent-elles exprimer
la souveraineté du peuple ? C’est une première métamorphose de ce concept qui est requise pour traduire la forme républicaine instituée suite aux deux révolutions américaine et française du XVIII siècle. Se pose alors la question de savoir comment conjuguer la nécessaire obéissance aux pouvoirs
publics avec la liberté humaine. L’obligation d’obéir à laquelle nous sommes tenus par l’autorité souveraine n’est-elle pas en effet assimilable à une limitation de cette liberté ? Et tout pouvoir ne tend-il pas, par nature, à s’hypertrophier ? Comment assurer les citoyens de la préservation de leurs
droits subjectifs, tout en veillant à leur coexistence en communauté ?

Consulter la thèse (archives-ouvertes.fr)