Accueil / Représentation et festivités / Funérailles et nécropoles / Etudes modernes / Effigies funéraires et puissance souveraine en (...)

Effigies funéraires et puissance souveraine en Europe du XVe au XVIIIe siècle

Ralph E. Giesey

Giesey, Ralph E., Effigies funéraires et puissance souveraine en Europe du XVe au XVIIIe siècle, intervention au Collège de France, le 10 juin 1987. En ligne : http://www.regiesey.com/Lectures/Funeral_Effigies_as_Emblems_of_Sovereignty_Lecture_%5BFrench%5D_College_de_France.pdf

Extrait du texte

De toutes les représentations iconographiques du sujet dont je parlerai aujourd’hui - qui est l’usage d’une effigie comme vivant aux funérailles d’un roi ou d’un autre souverain (ou candidate à la souveraineté), la plus grandiose est sans nul doute la gravure figurant l’effigie de Charles III, grand duc de Lorraine, telle qu’elle reposait sur le lit d’honneur élevé dans le
palais ducal, à Nancy, en 1608. Ce vaste tableau, qui fait partie d’une série de
représentations des funérailles de Charles, montre le moment le plus dramatique du rituel précédent les obsèques et l’enterrement proprement dit : en présence de l’effigie, les officiers de maison font servir un repas en observant exactement le cérémonial en usage pour le grand duc lorsqu’il était vivant. Ce repas particulier que vous voyez la est le dernier d’une longue
serie, car le rituel s’execute depuis quinze jours : c’est, nous dit-on, un repas "a la royalle". On entend par là que ce repas imite le rituel régulièrement pratiqué aux funérailles des rois de France depuis la mort du François Ier, en 1547.

Lire la suite (regiesey.com)