Accueil / Art et culture / Littérature et philosophie / Etudes modernes / Le noeud gordien. Pouvoir, puissance et (...)

Le noeud gordien. Pouvoir, puissance et possibilité dans les philosophies de l’âge classique

Charles Ramond

Ramond, Charles, Le noeud gordien. Pouvoir, puissance et possibilité dans les philosophies de l’âge classique, dans Le Pouvoir, textes recueillis et publiés
sous la direction de Jean-Christophe Goddard et Bernard Mabille. Paris :
Vrin/Intégrale, p. 109-148. Publié en ligne sur le site de l’auteur.

Extrait de l’article

Le terme de « pouvoir », d’usage courant, correspond à une notion immédiatement simple et facile : chacun reconnaît pouvoir marcher, se lever, s’asseoir, agir en général, chacun comprend ce qu’est le pouvoir de commander, le pouvoir politique, presque tous luttent pour obtenir du pouvoir, ou, du moins, pour ne pas souffrir de celui d’un autre : possédé, désiré ou redouté, le pouvoir est un objet si concret, si universel, qu’il en deviendrait presque palpable.
Pourtant, à y bien réfléchir, aucune réalité ne peut correspondre au terme. Par définition en effet, le « pouvoir » désigne une
« possibilité », une « potentialité », une virtualité, une « capacité », autrement dit ce qui pourrait être, mais précisément n’est pas, ou pas encore - déterminations ici équivalentes.

Lire la suite (charles.ramond.pagesperso-orange.fr)