Accueil / Histoire et fonction / Perception de la cour & la royauté / Etudes modernes / Un témoignage espagnol sur la cour de France (...)

Un témoignage espagnol sur la cour de France en 1539

Augustin Redondo

Redondo, Augustin, Un témoignage espagnol sur la cour de France en 1539, dans Mélanges de la Casa de Velázquez, 1996, N° 2, p. 333-337.

Extrait de l’article

Le 11 novembre 1539, Charles-Quint abandonnait Madrid où se trouvait la Cour pour aller dans les Flandres mater la révolte des Gantois. Profitant de la paix établie avec François 1er à Nice en 1538, après plusieurs années de guerres acharnées qui, d’ailleurs, devaient reprendre sous peu, Charles-Quint accédait aux sollicitations de son royal beau-frère et acceptait de traverser la France — non sans hésitations — pour se rendre dans les Pays-Bas.
Avant son départ, l’empereur avait laissé par écrit ses instructions à D. Juan Tavera, archevêque de Tolède, qui devenait gouverneur du royaume. Le grand commandeur de Léon, Francisco de los Cobos, favori de Charles-Quint, restait lui aussi en Espagne comme Surintendant Général des finances. L’empereur, dont le départ avait été précédé de celui de Granvelle, était accompagné du duc d’Albe, de D. Pedro de la Cueva, de D. Enrique de Toledo, du comte d’Egmont, des seigneurs d’Her- bais, de la Chaux, de divers gentilshommes de sa « chambre » et des gens de sa Maison. Avec lui, partaient de plus deux Secrétaires d’État, dont l’un était Alonso de Idiâquez.

Lire la suite (Persée)