Accueil / Art et culture / Peinture et arts graphiques / Etudes modernes / Un décor d’église inconnu de Philippe de (...)

Un décor d’église inconnu de Philippe de Champaigne ?

Sylvain Kerspern

Kespern, Sylvain, Un décor d’église inconnu de Philippe de Champaigne ?, dans Revue de l’Art, 1997, N° 118, p. 78-80.

Extrait de l’article

L’église de Pont-sur-Seine (Aube) conserve au maître-autel une Résur­rection proposée à Le Sueur. Une récente visite devait me permettre de vérifier l’impression favorable au nom de Philippe de Champaigne. L’entrée dans l’église fut un choc : elle est entièrement peinte, nef, chœur, abside, jusqu’aux chapelles latérales, dans les bras du transept. Au mur de celle située à droite du chœur, une inscription donne l’identité du responsable, Claude Bouthillier de Chavigny, seigneur du lieu, et la date d’exécution, 1636. En face, dans un retable, la Vierge et l’Enfant donnent le rosaire à saint Dominique et sainte Catherine de Sienne, en présence du donateur et de sa femme, Marie de Bragelongne, épousée en 1606. Le lambris complémentaire est orné de paysa­ges érémitiques et de vases de fleurs, et la voûte quadripartite montre des angelots portant fleurs et rosaires, dans des occuli encadrés d’orne­ments en trompe-l’œil. Les autres voûtes de l’église, hormis les bas-côtés, sont aussi peuplées de putti, portant les instruments de la Pas­sion dans la net, des fleurs et des palmes dans l’abside ; dans l’autre chapelle, des anges mûrs entourent Dieu le père.

Lire la suite (Persée)