Accueil / Art et culture / Peinture et arts graphiques / Etudes modernes / Philippe de Mazerolles : le livre d’heures (...)

Philippe de Mazerolles : le livre d’heures noir et les manuscrits d’Ordonnances militaires de Charles le Téméraire

Antoine de Schryver

Schryver, Antoine de, Philippe de Mazerolles : le livre d’heures noir et les manuscrits d’Ordonnances militaires de Charles le Téméraire, dans Revue de l’Art, 1999, N° 126, p. 50-67.

Extrait de l’article

Le livre d’heures sur parchemin noir

James Weale publia en 1873 quatre extraits de comptes concer­nant un somptueux livre d’heures que les échevins du Franc de Bruges offrirent à Charles le Téméraire, en­core comte de Charolais, le 24 fé­vrier 1466. Le premier précise que ce manuscrit présentait la particula­rité rare d’avoir été fait de parche­min teinté de noir. Son texte était écrit en lettres d’or et d’argent. L’or et l’argent participaient aussi à l’éclat de son enluminure. Au mo­ment où le présent fut remis au futur duc, l’enluminure était encore in­achevée. Cela implique que le livre, que nous désignerons désormais comme les Heures noires de Charles le Téméraire, se présentait encore sous la forme d’une suite de cahiers non reliés. Charles les reçut enserrés dans un riche tissu de soie blanche.
Charles le Téméraire confia plus tard à Philippe de Mazerolles le soin d’achever l’enluminure du manus­crit et écrivit aux échevins du Franc pour exprimer le souhait qu’ils veuillent bien supporter les frais de cet achèvement. Les échevins con­clurent un marché avec l’enlumineur qui accepta d’effectuer le tra­vail au prix de 420 livres parisis, soit 35 livres de gros. C’est à propos de l’acompte de 120 livres parisis, à va­loir sur le montant convenu, que le nom de Mazerolles apparaît pour la première fois dans les archives bru-geoises. Les 300 livres constituant le solde du prix de l’ouvrage furent payées au mois d’avril 1468.

Lire la suite (Persée)