Accueil / Individus, familles, groupes / Nobles et Tiers Etat / Etudes modernes / Les derniers "amusements" du duc de Saint-Simon,

Les derniers "amusements" du duc de Saint-Simon, d’après quatre textes inédits

Yves Coirault

Yves Coirault, Les derniers "amusements" du duc de Saint-Simon, d’après quatre textes inédits, dans Revue d’histoire littéraire de la France, année 64 (1964), n. 1, pp. 36-43.

Extrait de l’article

« J’ai réfléchi souvent, à cette occasion, sur l’extrême malheur de se laisser entraîner à l’ivresse du monde... » Le mémorialiste songeait à « l’étrange désespoir » de son beau-frère Lauzun, « cruellement » dominé par sa « folie de capitaine des gardes », et incapable de se détacher d’une vie « si prête à lui échapper ». « Mais on meurt comme [on] a vécu, et il est rare que cela arrive autrement... » Saint-Simon est-il mort comme il a vécu ? L’on ne peut qu’imaginer les intimes débats, les ultimes « réflexions » du chrétien parvenu au terme de son existence et considérant les choses de ce monde à la lueur du « terrible flambeau... ». Est-il mort comme Charles II d’Espagne ou comme le prince de Conti, comme Balzac ou comme Rancé ? Et que savons-nous des dernières années de Saint-Simon ?

Lire la suite (Gallica)