Accueil / Histoire et fonction / Politique, guerre et justice / Etudes modernes / Visionnaire ou politique ? Jean Michel, (...)

Visionnaire ou politique ? Jean Michel, serviteur de Charles VIII

Colette Beaune

Beaune, Colette, "Visionnaire ou politique ? Jean Michel, serviteur de Charles VIII", dans Journal des savants, 1987, n° 1-2.

Extrait du texte

La vision est en matière politique une catégorie dont l’existence est paradoxale. En effet, le terme de visto au sens strict est quasiment inutilisé pour qualifier les textes politiques, que l’on appelle prophetia, dicta, revelationes, libri, ou autres synonymes ne dérivant pas de videre. Pourtant, d’après Pierre Lombard, les visiones sont bien l’une des quatre formes possibles de la prophétie, avec les facta, les dicta, et les somnia, tous intermédiaires possibles de la révélation divine. La vision, forme intellectuelle métaphorique propre à la connaissance imaginaire du futur, n’aurait pas grand sens dans le domaine pragmatique de la politique. De plus, les auteurs de prophéties politiques sont dans une écrasante majorité des conseillers royaux de formation juridique, dont les sources (Méthode, la Sybille, Merlin) ignorent souvent les textes scripturaires, y compris l’Apocalypse. Ils ne méritent, aux yeux des théologiens des XIIe et XIIIe siècles que le nom dérisoire de vates, tels Balaam, et non le beau titre de prophètes.

La vision politique est donc rare et liée à des circonstances exceptionnelles. Les années 1483- 1484 ont été marquées dans l’Europe entière par une effervescente attente du Millenium. C’était « l’annus mirabilis » des astrologues où toute religion devait subir de profondes transformations et certaines même disparaître.

Lire la suite (Persée)