Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / Le temps n’a pas de frontières : le cas de (...)

Le temps n’a pas de frontières : le cas de l’histoire de l’architecture (1570-1670)

Claude Mignot

Mignot, Claude, "Le temps n’a pas de frontières : le cas de l’histoire de l’architecture (1570-1670)", dans Repenser les limites : l’architecture à travers l’espace, le temps et les disciplines. Actes de colloque, Paris, INHA, 2005.

Extrait du texte

Dans les années 1540, l’architecture française opère un « grand tournant », mais cette rupture ne touche qu’une partie du champ de l’architecture (le vocabulaire des grands chantiers civils et la culture architecturale d’une élite de commanditaires et de maîtres d’œuvre ; peu ou pas les techniques constructives, les distributions ou l’architecture religieuse).

Dans le siècle qui suit, les innovations semblent aussi s’accumuler autour de 1640 (nouvelle configuration de l’appartement avec antichambre et chambre à alcôve, escaliers vides à la moderne, diffusion du comble brisé), mais l’adoption du nouveau type d’église à la romaine commence en 1600. Salomon de Brosse impose dans la culture architecturale française le dorique à mutules dans les années 1610 et François Mansart, les compositions pyramidantes dans les années 1620-1630, l’Académie royale d’architecture est créée en 1671… etc.

Lire la suite (INHA)