Accueil / Histoire et fonction / Perception de la cour & la royauté / Etudes modernes / Note sur le « titre chevaleresque » en France (...)

Note sur le « titre chevaleresque » en France au XIe siècle

Dominique Barthélemy

Barthélemy, Dominique, "Note sur le « titre chevaleresque » en France au XIe siècle", dans Journal des savants, 1994, n° 1, pp. 101-134.

Extrait du texte

A mot nouveau, classe nouvelle ? Dans la théorie, aujourd’hui dominante, de la mutation sociale révolutionnaire de l’an mil, l’apparition et la diffusion, en France, du mot de miles et sa rapide transformation en un titre constituent un point fort. On pense qu’elles signent une « militarisation de la société », soit parce qu’une ancienne noblesse se métamorphose en chevalerie (G. Duby, 1953), soit parce qu’une nouvelle s’élève, entre les nobiles et les rustici, exécutrice des basses œuvres des premiers mais porteuse de ses propres valeurs (version dominante depuis 1968 environ). Apparue aux abords de l’an mil, elle s’élève en un siècle ou deux jusqu’à rejoindre la nobilitas, ou plutôt à se conjoindre avec elle moralement et psychologiquement dans un ordo militum où se reconnaît la chevalerie classique, empreinte de noblesse et de légitimité sociale...

Lire l’article (Persée)