Accueil / Actualités et liens utiles / Parutions / Poussin et la construction de l’antique

Poussin et la construction de l’antique

Marc Bayard, Elena Fumagalli

Marc Bayard et Elena Fumagalli, Poussin et la construction de l’antique, Collection d’histoire de l’art n° 14, Académie de France à Rome - Villa Médicis / Somogy, 2011.


Sortie en librairie : 22 juin 2011
ISBN 978-2-7572-0451-1
624 pages / 425 ill.
25 €
Diffusion en France : Somogy Éditions d’art
Distribution en Italie : Libreria già Nardecchia
Via P. Revoltella, 105/107 - 00152 ROMA
contact : info chez nardecchia.it
Informations : www.villamedici.it
contact : virginie.schmitt chez villamedici.it

Présentation

Nicolas Poussin a construit un imaginaire de l’Antiquité en collectant ses sources aussi bien dans le domaine visuel (gravure, architecture, sculpture) que littéraire, et ses lettres comme ses œuvres portent la marque indélébile de la pensée et des motifs antiques.
La création picturale de l’artiste a déjà été envisagée de bien des façons. Ses relations avec la France et l’Italie, les différents thèmes déployés dans ses tableaux, la représentation de la nature, sont autant de sujets analysés par les spécialistes. Cette publication a pour objectif de faire le point plus spécifiquement sur le rapport de Poussin vis-à-vis de l’Antiquité. Elle propose une lecture de la culture romaine de l’antique au XVIIe siècle avec en toile de fond le souci de penser les créations poussiniennes comme une fabrique où se rencontrent différentes expérimentations, aussi bien à partir des textes que des connaissances contemporaines de l’art ancien. Un des fils conducteurs de cette publication est en effet de montrer que l’œuvre de Poussin ne s’inscrit pas uniquement dans une logique de l’emprunt et de l’influence, mais également dans une pratique de l’assemblage, propre au travail d’atelier.
En s’engageant davantage dans le processus de création de l’artiste, l’ouvrage cherche à saisir sa manière de travailler, entre les modèles antiques disponibles et les réutilisations qu’il opère dans ses œuvres. Enfin, il envisage la postérité de cette manière propre à Poussin de concevoir l’Antiquité.