Accueil / Histoire et fonction / Perception de la cour & la royauté / Etudes modernes / Dénigrer, espérer, assumer la réalité. Le roi de (...)

Dénigrer, espérer, assumer la réalité. Le roi de France perçu par ses sujets, 1680-1750

Jens Ivo Engels

Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 50-3, 2003/3
(Belin, I.S.B.N. 2701134331), p. 96 à 126.

Extrait de l’article

Avec raison, l’image du roi est considérée comme un des thèmes centraux de l’histoire de la culture politique à l’époque moderne. Il n’est pas lieu d’en discuter ici, mais seulement de rappeler les noms des grands classiques de l’étude de l’imagerie royale, novateurs en leur époque : Marc Bloch, Percy E. Schramm, Ernst Kantorowicz. L’école américaine « cérémonialiste » a ensuite continué à analyser les grandes cérémonies de la monarchie française.

Plus tard, s’est développée une littérature abondante sur toutes les formes de représentation officielle de la monarchie, enrichie souvent par une approche interdisciplinaire. Certains de ces éminents travaux n’ont pas pris le monarque comme point de départ, mais, en se focalisant sur les modes de l’expression publique, ils ont été inévitablement confrontés à l’omniprésence du roi. Par là, ils ont démontré que la signification du monarque n’était pas exclusivement définie par les cérémonies officielles. La signification, ou plutôt les significations du roi étaient l’œuvre de toutes les couches sociales.

Lire la suite (CAIRN)