Accueil / Histoire et fonction / Politique, guerre et justice / Etudes modernes / « L’invention » de la majorité à la Chambre (...)

« L’invention » de la majorité à la Chambre introuvable (1815-1816)

Noëlle Dauphin

Dauphin, Noëlle, "« L’invention » de la majorité à la Chambre introuvable (1815-1816)", dans J. Garrigues et al. (dir.), Assemblées et parlements dans le monde, du Moyen-Age à nos jours. Actes du 57e congrès de la CIHAE, Paris, 2006.

Extrait du texte

Le terme invention est ici utilisé au sens archéologique du
terme, c’est-à-dire mise au jour. Il convient en effet de cerner
comment s’est formée la majorité à la première assemblée élue de la
Restauration et quelles personnalités en prirent la direction, mais
d’étudier aussi l’émergence et la banalisation du concept même de
majorité à l’aube du XIXe siècle parlementaire français.

Les élections ont envoyé siéger des notables dans l’ensemble
opportunistes qui ont réussi à traverser sans trop de peine les
« orages » de la révolution. Ils se sont pour la plupart accommodés des
différents régimes, en essayant d’en tirer profit. Ils n’ont pas cru au
printemps 1815 à un retour durable de l’Empire et reconnaissent sans
difficulté la monarchie revenue en juillet, l’estimant une meilleure
garantie d’ordre. L’entourage royal s’attendait à une réaffirmation des
convictions révolutionnaires qui avaient marqué le retour de Napoléon
et s’est donc étonné des ralliements monarchiques. Passant d’un excès
de crainte à un excès de confiance, on se persuade de l’unanimité des
convictions monarchiques.

Les débats à la Chambre révèlent progressivement le fossé qui
sépare simples députés loyalistes et défenseurs absolus d’une théorie
monarchique impliquant une lecture organiciste de la société et la
résurgence de pratiques d’Ancien Régime...

Lire la suite (parlements.org)