Accueil / Art et culture / Peinture et arts graphiques / Etudes modernes / La collection de portraits gravés du roi (...)

La collection de portraits gravés du roi Louis-Philippe au château de Versailles

Hélène Delalex

Hélène Delalex, « La collection de portraits gravés du roi Louis-Philippe au château de Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 14 novembre 2011. URL : http://crcv.revues.org/11331 ; DOI : 10.4000/crcv.11331

Résumé

Le château de Versailles a acquis en 1948 soixante-quinze albums de portraits qui avaient été patiemment constitués par le roi Louis-Philippe pendant plus de vingt-cinq ans, comprenant plus de seize mille gravures ordonnées par règnes et par États. D’après les contemporains, il s’agissait de « la plus belle collection de portraits gravés qui existât au monde ». Si la constitution de cet ensemble a souvent été attribuée à Jean Vatout, Premier bibliothécaire du roi, il semble que c’est surtout à Louis-Philippe que l’on doit ce vaste projet qui a commencé en 1825 et qui fut interrompu par les troubles révolutionnaires de 1848. Entré dans les collections de Versailles un siècle plus tard, cet ensemble, l’un des rares encore conservés dans des albums, est comparable par sa qualité et son ampleur aux grandes collections aujourd’hui dispersées qui sont à l’origine de la série N2 du département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France. La série couvre une vaste période, de Pharamond, premier roi légendaire de la dynastie mérovingienne, à Louis-Philippe. Dans ce véritable panthéon de l’histoire mondiale, les monarques figurent auprès des grands personnages de leur temps – ministres, magistrats, ecclésiastiques et savants, hommes de lettres et artistes. Cet ensemble remarquable dont l’ambition historique l’emporte sur les qualités artistiques, témoignant de la passion du roi pour l’histoire, doit, bien entendu, être rapproché du musée dédié à toutes les gloires de la France inauguré par le souverain au château de Versailles en 1837.

Consulter l’article (revues.org)