Accueil / Représentation et festivités / Théâtre / Etudes modernes / Règlements royaux et règles du jeu : la Comédie (...)

Règlements royaux et règles du jeu : la Comédie Française, les auteurs dramatiques et la propriété intellectuelle à l’âge des Lumières

Gregory S. Brown

Brown G., « Règlements royaux et règles du jeu : la Comédie Française, les auteurs dramatiques et la propriété intellectuelle à l’âge des Lumières », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2004/1, no51-1, p. 117-128.

Extrait de l’article

Dans la France du XVIIIe siècle, la trajectoire de la vie littéraire a souvent été décrite par l’historiographie comme participant d’une double évolution d’ensemble, à la fois de rationalisation de l’espace culturel par le pouvoir royal et d’éclipse du patronage et des clientèles princières. Dans ce schéma, l’interprétation classique des Lumières a pu associer le processus de professionnalisation de l’homme de lettres à l’émergence de la propriété littéraire et à la dissolution du lien de dépendance envers la société de cour.

À partir d’un site d’observation particulier constitué par le milieu social des auteurs dramatiques, il est néanmoins possible de nuancer cette bipolarité et de revenir au contraire sur la complexité des liens sociaux qui se tissent autour du statut de l’homme de lettres au XVIIIe siècle. En changeant d’échelle d’analyse, en s’intéressant au groupe des aspirants écrivains qui cherchent à publier ou à faire jouer leurs pièces, on peut en effet tenter d’entrevoir les multiples stratégies déployées pour se faire accepter et reconnaître auprès de la troupe de la Comédie Française comme auprès des principaux protecteurs aristocratiques. Entre ces deux horizons de la reconnaissance sociale, l’enquête voudrait mettre en évidence l’importance de ce « double lien » dans la reconnaissance d’une identité sociale renouvelée de l’homme de lettres à la veille de la Révolution Française.

Lire la suite (CAIRN)