Accueil / Vie quotidienne / Sociabilité et psychologie / Etudes modernes / « Les larmes du roi » : sur l’enregistrement de (...)

« Les larmes du roi » : sur l’enregistrement de l’Édit de Nemours le 18 juillet 1585

Xavier Le Person

Le Person, Xavier, "« Les larmes du roi » : sur l’enregistrement de l’Édit de Nemours le 18 juillet 1585", dans Histoire, économie et société, 1998, 17e année, n°3 (L’État comme focntionnement socio-symbolique (1547-1635)), pp. 353-376.

Résumé

L’article se propose de souligner une pratique fréquente dans la culture politique du XVIe siècle : pleurer en public. L’usage démonstratif des larmes ne traduit pas une expérience intime. Replacé à la fois dans le jeu rhétorique et théâtral pratiqué en politique à cette époque et dans son contexte événementiel, il participe d’une culture du masque destinée à dissimuler ses passions et le secret de ses desseins politiques. Lors d’une harangue, le pleur, apparemment spontané, est un artifice maîtrisé de l’éloquence muette visant à produire un effet sur le public. Mais les larmes de Henri III, le 18 juillet 1585, n’expriment pas une quelconque faiblesse et vont au-delà d’un simple artifice rhétorique : elles sont un signe de compassion christique, un signe annonciateur d’une restauration prochaine de la puissance royale.

Lire la suite (Persée)