Accueil / Vie quotidienne / Chasse, animaux et art équestre / Etudes modernes / La chasse et l’organisation du paysage dans la (...)

La chasse et l’organisation du paysage dans la Toscane des Médicis

Hervé Brunon

Brunon, Hervé, "La chasse et l’organisation du paysage dans la Toscane des Médicis", dans M. Chatenet (éd.), Chasses princières dans l’Europe de la Renaissance, Chambord, France, 2004.

Extrait de l’article

L’importance de la chasse à la cour des Médicis a eu de multiples répercussions sur l’organisation et l’aménagement du paysage toscan au cours du XVIe siècle.

Chaque année, la cour se déplaçait de villa en villa, selon un cycle motivé par le climat mais aussi par les ressources en gibier offertes par les propriétés dispersées dans différentes aires géographiques. La mise en valeur cynégétique du territoire se traduisit également par un système de réserves de chasse (‘bandite’), soumises à une législation précise.
Dans chaque domaine, des structures spécifiques permettaient en particulier le déroulement de l’oisellerie, pratique essentielle dans l’Italie de la Renaissance dont le spectacle apparaît particulièrement goûté chez les Médicis. Le ‘boschetto da tordi’ ou ‘uccellare’, bosquet conçu pour la capture des grives, ainsi que la ‘ragnaia’, plantation régulière destinée à prendre au filet merles et fauvettes, sont des catégories bien documentées dans les traités techniques et largement représentées. On les rencontre à l’intérieur du jardin, dont elles contribuent à modeler la composition, tout comme dans les terrains agricoles. La cartographie historique permet de mesurer la permanence de ces espaces de chasse dans le paysage rural, qu’ils ont marqué de leur empreinte jusqu’au XVIIIe siècle, par exemple dans les domaines de Castello, de Pratolino et de Poggio a Caiano.

Lire la suite (HAL)