Accueil / Représentation et festivités / Musique et danse / Etudes modernes / Le concert extravagant. Une expérience de la (...)

Le concert extravagant. Une expérience de la modernité chez Bordelon et Moncrif

Claude Jamain

Jamain, Claude, "Le concert extravagant. Une expérience de la modernité chez Bordelon et Moncrif", dans MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "Topographie du plaisir sous la Régence" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XXVI, Editions de l’Université de Bruxelles, 1998.

Extrait de l’article

Lorsque la Régence fut déclarée, « la folie, agitant son grelot », comme l’écrit
Voltaire, traversa la cour et la ville. Folie des corps, folie de l’ argent, qui semblèrent
ériger le principe de Momus, Ridere regnare est, en direction de conscience. Cette
folie n’est évidemment pas semblable à ce dérangement du cerveau pour lequel, alors,
les Anglais s’intéressent, en visitant l’ hospice de Bedlam. C’ est plus simplement
« l ’excès des passions, le caprice, la légèreté, et pour ainsi dire la folie courante »,
comme l’indique l’ avertissement du Carnaval et la Folie. En termes plus métaphysiques,
une inquiétude faite de désirs, d’empressements, d’ardeurs sans cesse
allumés, « une sotte et vaine espérance de se satisfaire dans la multiplicité des
plaisirs de la terre » qui aurait supplanté la haute inquiétude, celle causée par la soif
de Dieu.

Lire la suite (document pdf, Digithèque des Editions de l’Université de Bruxelles)