Accueil / Art et culture / Littérature et philosophie / Etudes modernes / Epigrammes inédites de Chaulieu contre des (...)

Epigrammes inédites de Chaulieu contre des auteurs dramatiques et des poètes

François Moureau

Moureau, François, "Epigrammes inédites de Chaulieu contre des auteurs dramatiques et des poètes", dans MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "Topographie du plaisir sous la Régence" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XXVI, Editions de l’Université de Bruxelles, 1998.

Extrait de l’article

Maurice Barthélemy a rendu un juste hommage dans son oeuvre à ces minores de
la fin du règne de Louis le Grand dont l’esprit libéré, sinon libertin, réconcilie avec un
« siècle de Louis XIV » évocateur d’autres images. L’abbé de Chaulieu, poète et
homme d’esprit, est de ceux-là.

(...)

Dans ces deux lettres datables pour l’une des dernières années de sa vie et pour
la seconde des premières années du XVIIIe siècle, Chaulieu évoque l’enceinte du
Temple où sous la protection du Grand Prieur Philippe de Vendôme se réfugiaient et
vivaient les mauvais esprits : son complice en poésie et en plaisirs variés, le marquis
Charles-Auguste de La Fare, la duchesse de Bouillon, qui avait tant fait parler d’elle et
qui protégea La Fontaine, l’abbé Jacques Testu, poète chrétien et opiomane qui tenta,
sans succès, de convertir Ninon de L’Enclos, emblème du grand libertinage du siècle
précédent, et l’abbé de Châteauneuf, amant de Ninon et parrain du jeune François
Arouet, qu’il introduisit au Temple.

Mlle de Launay, protégée de la duchesse du
Maine, évoque de son côté la cour de Sceaux. Ces mondes vivent en marge de la ville
et de la cour dans un univers protégé où la liberté de moeurs et de pensée n’est pas un
moindre privilège. Les épigrammes inédites que nous analysons participent de cette
atmosphère de jeu littéraire et de mise en cause de la République des Lettres
académique dans sa variété parisienne.

Lire la suite (document pdf, Digithèque des Editions de l’Université de Bruxelles)