Accueil / Vie quotidienne / Sociabilité et psychologie / Etudes modernes / La sensibilité comme idéologie de substitution (...)

La sensibilité comme idéologie de substitution de la noblesse dans Aline et Valcour

Jean Garagnon

J. Garagnon, "La sensibilité comme idéologie de substitution de la noblesse dans Aline et Valcour", dans MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "Idéologies de la noblesse" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XI, Editions de l’Université de Bruxelles, 1984.

Extrait de l’article

Le titre de cette communication rappellera sans doute à plus d’un dix-huitièmiste
l’article que Jean Biou fit paraître en 1970 sur « Le rousseauisme, idéologie de
substitution ». Ce rappel est délibéré : l’idée première de cette communication est
en effet née à la lecture des pages très suggestives de Jean Biou - dont je voudrais
ici prolonger et préciser les analyses. Car il m’a paru que, au delà du « rousseauisme
 », c’était en fait tout le courant de la sensibilité qui se prêtait à une récupération
idéologique par la noblesse de la fin du XVIIIe siècle, et que le roman de Sade
Aline et Valcour pourrait nous offrir une illustration particulièrement frappante
(par moments une véritable épure) de cette récupération.

Lire la suite (document pdf, Digithèque des éditions de l’Université de Bruxelles)