Accueil / Historiographie et méthodologie / Historiographie / Etudes modernes / Histoire, mémoire, écriture. Contribution à une (...)

Histoire, mémoire, écriture. Contribution à une étude des lieux communs

Bernard Guenée

Guenée, Bernard, "Histoire, mémoire, écriture. Contribution à une étude des lieux communs", dans Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 127e année, N. 3, 1983. pp. 441-456.

Extrait de l’article

S’apprêtant à lire une histoire ou une chronique médiévale, le lecteur moderne, souvent, passe la préface. Il n’y a rien à retenir, ou presque, pense-t-il, de cette « phraséologie », de ce tissu de lieux communs. Il est vrai qu’un historien, comme tout auteur, suit les enseignements de la rhétorique et que sa préface, comme toute préface, développe un certain nombre de lieux communs. Mais, depuis trois ans que je poursuis une étude systématique des préfaces des œuvres historiques médiévales, j’essaie de montrer qu’à côté de ces lieux communs, on trouve dans ces préfaces nombre de phrases où l’historien révèle quel il est, et quelle histoire il entend faire. J’essaie donc de montrer que les préfaces historiques sont intéressantes malgré leurs lieux communs. Je voudrais aujourd’hui aller un peu plus loin, et montrer que ces préfaces peuvent aussi être intéressantes par leurs lieux communs mêmes. Car, consciemment ou non, tout genre littéraire, tout groupe humain, toute époque, toute civilisation usent de clichés par quoi ils se révèlent tels qu’en eux-mêmes ils sont ou, au moins, veulent paraître.

Lire la suite (Persée)