Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / Les châteaux-forts en France du Xe au XIIe (...)

Les châteaux-forts en France du Xe au XIIe siècle à la lumière de travaux récents

Pierre Héliot

Héliot, Pierre, "Les châteaux-forts en France du Xe au XIIe siècle à la lumière de travaux récents", dans Journal des savants", 1965, n° 2, pp. 483-514.

Extrait de l’article

Malgré tant de dévastations, l’architecture militaire française offre aux amateurs un domaine de recherches presque illimité. Ce domaine, on l’a défriché dans son ensemble, cultivé par endroits, exceptionnellement exploité à fond, de sorte que sa prospérité reste encore à l’état virtuel. La raison en est simple : les ouvriers, déjà peu nombreux lors de la grande floraison des études historiques en notre pays, se sont raréfiés depuis. Néanmoins, si les travaux ont beaucoup diminué en quantité, leur valeur scientifique moyenne s’est accrue d’autant, si bien que notre façon de concevoir les choses est devenue fort différente de ce qu’elle était au temps de ma jeunesse. Quelques enquêtes accomplies depuis une dizaine d’années m’ont donné l’envie de faire le point, en me limitant toutefois à un seul secteur : celui des châteaux bâtis entre les incursions Scandinaves et les environs de 1200. Sujet passionnant s’il en fut puisqu’il attire l’historien de la vie sociale et des institutions au même titre que l’archéologue. C’est qu’instrument de domination pour les grands, asile en cas de danger pour le commun des mortels, le château conditionnait alors la vie politique et la structure de la société dans un monde en gestation. C’est aussi qu’il imprimait profondément sa marque sur la nouvelle civilisation que l’Occident enfantait péniblement : celle du Moyen Âge.

Lire la suite (Persée)