Accueil / Histoire et fonction / Religion, spiritualité et ésotérisme / Etudes modernes / La confession et l’aumône : confesseurs et (...)

La confession et l’aumône : confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIe au XVe siècle

Xavier de La Selle

La Selle, Xavier de, "La confession et l’aumône : confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIe au XVe siècle", dans Journal des savants, 1993, n° 2, pp. 255-286.

Extrait de l’article

Le développement de l’administration royale et la naissance de l’État moderne s’expliquent en grande partie par l’interpénétration des structures politiques et ecclésiastiques, Église et monarchie médiévale ayant vécu en symbiose. Or, si les historiens ont bien mis en évidence le poids des gens d’Église dans la société politique médiévale, ils se sont peu intéressés à ces clercs dont le rôle auprès du prince et de son entourage était avant tout spirituel : les chapelains, les confesseurs et les aumôniers.
Ces discrets personnages ne sont certes pas de parfaits inconnus. Sortis de l’ombre par de savants érudits de l’Ancien Régime, ils ont fait l’objet d’ouvrages tout à la gloire de la religion monarchique ; plus récemment, les historiens des institutions ont consacré quelques brefs paragraphes au confesseur et à l’aumônier du roi, et si un travail universitaire a abordé l’ensemble de la question, ce n’est que dans une optique essentiellement juridique.
On ignorait en fait à peu près tout de ces hommes, de leurs personnalités, de leurs carrières, de leur influence réelle. Aussi nous a-t-il semblé séduisant d’approfondir le sujet par une approche prosopographique, ce qui impliquait la synthèse d’une multitude de sources hétérogènes, dispersées et lacunaires. La reconstitution des destinées individuelles d’hommes ayant vécu dans l’intimité du prince, permise par le dépouillement systématique des principales sources normatives, comptables et littéraires nous ont permis de mieux comprendre la signification de la vie religieuse à la cour royale.

Lire la suite (Persée)