Accueil / Individus, familles, groupes / Famille royale / Etudes modernes / La Correspondance de Napoléon

La Correspondance de Napoléon

Jean Tulard

Tulard, Jean, "La Correspondance de Napoléon", dans Journal des savants, 1966, n° 1, pp. 48-56.

Extrait de l’article

Nulle source ne devrait nous éclairer davantage sur Napoléon que sa correspondance. Le récit d’une bataille, tel que le donne un bulletin de la Grande Armée, manque forcément d’objectivité. Du Moniteur Napoléon disait à Sainte-Hélène : « Ces Moniteurs si terribles, si à charge à tant de réputations, ne sont constamment utiles et favorables qu’à moi seul. C’est avec les pièces officielles que les gens sages, les vrais talents écrivent l’histoire ; or ces pièces sont pleines de moi. » C’était reconnaître que les articles contenus dans le célèbre journal furent inspirés par la propagande impériale. A cette propagande se rattachent également les confidences de l’exil.
C’est dans sa correspondance — parce qu’elle n’était pas destinée à la publicité — que Napoléon, dégagé de toute contrainte, devrait se révéler sous son véritable jour, avec ses idées et ses croyances, ses goûts et ses haines, ses accès de colère et ses ruses. Il faut pourtant constater le caractère défectueux de la Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de l’empereur Napoléon III.

Lire la suite (Persée)