Accueil / Histoire et fonction / Politique, guerre et justice / Etudes modernes / Louis XIII et Richelieu à Grenoble (vers 1628 (...)

Louis XIII et Richelieu à Grenoble (vers 1628 - vers 1630) : guerre et souveraineté en Dauphiné au XVIIe siècle

Christophe Caix

Caix, Christophe, Louis XIII et Richelieu à Grenoble (vers 1628 - vers 1630) : guerre et souveraineté en Dauphiné au XVIIe siècle, master 1, université de Grenoble 2, 2008.

Extrait du texte

S’il y eut des événements importants dans l’histoire de la ville de Grenoble, les passages de Louis XIII et du cardinal de Richelieu en 1629 et 1630 furent sans doute de ceux-là. En effet, en dehors de Louis XIII, aucun roi de France ne séjourna dans la ville plusieurs fois de suite, dans un laps de temps aussi court. En février 1629, puis en mai et juin 1630 pour le roi, alors que Richelieu est présent dans la province et par intermittence à Grenoble, à partir du mois de février de cette même année. Louis XIII a en outre les particularités d’être le roi qui vint le plus souvent dans la capitale de la province du Dauphiné (il y vint aussi en 1622 et 1639), celui qui séjourna le plus longuement dans la ville... et celui qui fut le dernier à y passer ! Ces particularités n’étant sans doute pas étrangères au fait que le Dauphiné fut définitivement intégré au royaume de France sous le règne de ce roi. Et en cela, les années 1628-1630 furent des plus décisives.
Pour le roi et son ministre, ces années furent celles d’une intense activité diplomatique et militaire, qui du siège de La Rochelle (la ville capitule en octobre 1628) au traité de Ratisbonne en octobre 1630, les conduisit dans un périple à travers le royaume et même au-delà. Durant cette période, le roi et le cardinal passent ainsi à Grenoble avec l’armée royale, chaque fois dans le cadre de différentes campagnes. En 1629, contre les Espagnols et les Savoyards en Italie, avant de se retourner contre les protestants du Languedoc conduits par le duc de Rohan. En 1630, de nouveau contre les Espagnols, mais surtout la Savoir ducale de Charles-Emmanuel Ier, qui renâclait à respecter les accords passés avec la France à Suse, l’année précédente.

Lire la suite (DUMAS)