Accueil / Vie quotidienne / Médecine, sciences et savoirs / Etudes modernes / Sociabilité savante et transmission de savoirs (...)

Sociabilité savante et transmission de savoirs dans ’Éloges des académiciens de l’Académie royale des sciences’ par le Marquis de Condorcet

Christophe Germier

Germier, Christophe, Sociabilité savante et transmission de savoirs dans ’Éloges des académiciens de l’Académie royale des sciences’ par le Marquis de Condorcet, master 1, université de Grenoble 2, 2011.

Résumé du texte

Condorcet (1743-1794) est un homme dont le nom n’est pas sans évoquer la Révolution, les Lumières ou encore l’éducation du XVIIIe siècle. Bien souvent, son activité scientifique s’est trouvée dans l’ombre de sa politique particulièrement éclairée. La présente étude a pour objet ses Éloges des académiciens de l’Académie royale des sciences, écrits tout au long de son secrétariat perpétuel entre 1776 et 1791, mais aussi les quelques-uns réalisés sur l’instance de Grandjean de Fouchy pendant les quatre années précédant sa nomination. Ces écrits particulièrement précieux s’étendent sur près de quatre mille pages et font l’apologie de pas moins de soixante-et-un académiciens. Ne pouvant englober ici la totalité des aspects présents dans les éloges au cours d’un mémoire, la recherche aura ici à cœur de fouiller dans les écrits pour mieux exhumer deux points majeurs : la sociabilité savante au sein de l’Académie royale des sciences d’abord, mais aussi la transmission de savoirs qui s’opère par le biais des hommages aux défunts. Il s’agit donc, au travers de cette étude, de permettre au lecteur d’avoir une vision générale de la source et de lui donner des pistes tout au long de son appréhension des éloges. Pour ce faire, il a été choisi en premier lieu de révéler l’Académie sous sa forme institutionnelle au sein des éloges, mais aussi d’examiner la façon dont sont mises en scène les relations entre les différents scientifiques qui en sont membres. Dans un second temps, il est question de voir comment Condorcet distille ses valeurs personnelles dans les éloges et comment ces derniers ont joué un rôle particulièrement influent dans sa vie. Enfin, puisqu’il est impossible de traiter de la vie de tous les académiciens, le lecteur pourra trouver des détails sur la manière dont La Condamine, d’Alembert, Fouchy et Buffon sont traités par Condorcet.

Consulter le mémoire (DUMAS)