Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / L’enseignement de l’architecture à l’Académie (...)

L’enseignement de l’architecture à l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse

Marjorie Guillin

Guillin, Marjorie, « L’enseignement de l’architecture à l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse », dans Les Cahiers de Framespa, n° 5, 2010.

Résumé de l’article

Dans les années 1740, l’architecture rejoint la peinture et la sculpture parmi les enseignements à l’école publique et gratuite de dessin de Toulouse fondée en 1726. Devenue Société des Beaux-arts, elle est finalement érigée en Académie royale de peinture, sculpture et architecture en 1751 sur le modèle de l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris. En 1782, une École du Génie est créée au sein même de l’Académie. Les conditions d’obtention des lettres patentes offrent à l’institution toulousaine un statut privilégié : le titre de « royale », cas unique en province pour une académie d’art, et surtout l’indépendance à l’égard du contrôle que l’académie parisienne exerce sur ses filiales de province. Forte de cette autonomie, on peut s’interroger sur les choix pédagogiques de l’Académie de Toulouse, leurs caractéristiques, leur originalité. Concernant l’institution dans son ensemble, la documentation et les sources graphiques conservées se sont révélées assez lacunaires et dispersées. Cette intervention propose donc un premier état de la question, pour le cas de la formation architecturale, et tente d’apporter quelques éléments de réponse.

Consulter l’article (revues.org)