Accueil / Histoire et fonction / Politique, guerre et justice / Etudes modernes / Les infortunes de la fidélité - Les partisans (...)

Les infortunes de la fidélité - Les partisans du pouvoir royal dans les parlements au XVIIIe siècle

Olivier Chaline

Chaline, Olivier, Les infortunes de la fidélité - Les partisans du pouvoir royal dans les parlements au XVIIIe siècle, dans Histoire, économie et société, 2006, 25e année, n° 3. Echec et magistrature, p. 335-353.

Extrait de l’article

Les partisans du pouvoir royal dans les parlements forment une sorte d’angle mort de notre connaissance de ces cours souveraines, tant les historiographies rivales, pour une fois presque unanimes, ont à peu près nié leur existence. Pères du peuple et héros des libertés ou bien factieux démagogues et aristocrates égoïstes, les parlementaires sont, par définition, contre le pouvoir royal. La seule cour où on fait cas de partisans parlementaires du Conseil est le parlement de Bretagne, mais c’est pour mieux les accabler, puisqu’il s’agit des « Ifs », les ennemis de La Chalotais devenus membres du « bailliage d’Aiguillon ». Soutenant la politique de Versailles, ils ne peuvent être que de mauvais Bretons et de piètres magistrats.

Lire la suite (Persée)