Accueil / Art et culture / Littérature et philosophie / Etudes modernes / Le cuyder dans l’œuvre de Marguerite de (...)

Le cuyder dans l’œuvre de Marguerite de Navarre

Nicolas Le Cadet

Le Cadet, Nicolas, "Le cuyder dans l’œuvre de Marguerite de Navarre", dans Seizième Siècle, n° 7, 2011, p. 139-157.

Extrait de l’article

Le mot « cuyder » a disparu de la langue. Ne subsistent plus que deux dérivés nominaux - « l’outrecuidance » et « l’outrecuidant » - et un dérivé adjectival -« outrecuidant » . Tirant son origine du latin « cogitare », le cuyder recoupe en partie le sémantisme du verbe « croire » , du latin credere, mais il s’’en distingue aussi très nettement. Au Moyen Âge et à la Renaissance, il existe sous une forme verbale et sous une forme substantive. À consulter les occurrences du substantif relevées par les dictionnaires de F. Godefroy et d’’E. Huguet, il semble que deux grandes familles de sens puissent être dégagées : tantôt le cuyder désigne simplement une « croyance » , une « opinion » , une « idée » , et il est alors très souvent lié au motif de l’illusion ; tantôt, et de manière péjorative cette fois, il signifie « orgueil », « présomption » , et dénonce la confiance excessive de la créature en elle-même, au détriment de l’amour pour le Créateur !. Le cuyder est ainsi « dénoncé par les Évangéliques, à la fois comme défaut générique de la nature humaine et comme péché spécifique (qu’ils imputent notamment aux théologiens scolastiques) ».

Lire la suite (Persée)