Accueil / Histoire et fonction / Politique, guerre et justice / Etudes modernes / Napoléon et Guibert : un rapport paradoxal (...)

Napoléon et Guibert : un rapport paradoxal ?

Fadi El Hage

El Hage, Fadi, « Napoléon et Guibert : un rapport paradoxal ? », Revue historique des armées, 259, 2010, p. 70-78.

Résumé de l’article

Traditionnellement, on présente Napoléon comme l’héritier direct de Guibert et de ses théories. Une œuvre comme Le Mémorial de Sainte-Hélène ne met pas en doute ce lien entre le penseur militaire des Lumières et le grand tacticien, bien la lecture d’autres témoignages « héléniens » tempèrent nettement ce rapport. Durant ses dernières années, l’Empereur émit plusieurs critiques à l’encontre des écrits de Guibert et de « modèles militaires » comme Frédéric II. Plus qu’une simple critique des actions et réflexions de ces deux hommes, qu’on associe souvent à cause de la question de l’ordre oblique, il s’agissait pour Napoléon de mettre en valeur sa contribution à l’évolution de la pensée militaire, transcendant celle de ses prédécesseurs.

Lire la suite (Revues.org)