Accueil / Art et culture / Littérature et philosophie / Etudes modernes / Daphné dans les textes français du Moyen Âge : (...)

Daphné dans les textes français du Moyen Âge : des amours réticentes

Christine Ferlampin-Acher

Ferlampin-Acher, Christine, "Daphné dans les textes français du Moyen Âge : des amours réticentes", dans Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 2006, n° 58, p. 291-308.

Extrait de l’article

L’aetas ovidiana du Xlle siècle nous a laissé des récits autonomes consacrés à Philomèle, Pyramus et Thisbé, Narcissus, Pyrame et Narcisse, tout au long du Moyen Age, sont l’objet de réécritures, de gloses, d’allusions. Daphné semble avoir un destin plus modeste : elle n’inspire aucune traduction indépendante ; son destin ne sert de trame à aucune transposition ; rares sont les allusions à son histoire. Pourquoi étudier une figure si discrète ? Parce que les travaux consacrés aux métamorphoses les plus fameuses, Narcisse et Pyrame, sont nombreux. Parce que les silences (tels ceux de Daphné qui, muée — métamorphosée — est devenue muette) sont parfois éloquents, et qu’il n’est pas vain de comprendre pourquoi une métamorphose a été négligée. Enfin parce que, comme l’a montré Yves Giraud, le Moyen Age n’a pas complètement ignoré Daphné, comme en témoignent Ovide Moralisé, Froissart et Christine de Pizan.

Lire la suite (Persée)