Accueil / Actualités et liens utiles / Parutions / La mort de Louis XIV. Apogée et crépuscule de (...)

La mort de Louis XIV. Apogée et crépuscule de la royauté (1er septembre 1715)

Joël Cornette

Joël Cornette, La mort de Louis XIV. Apogée et crépuscule de la royauté (1er septembre 1715), Gallimard, Les journées qui ont fait la France, Paris, 2015, ISBN : 9782070781201, 21 €.

Cette journée fut la seule dont la maîtrise aura échappé au Grand Roi, lui qui se voulait l’ordonnateur tout-puissant de son royaume. Interroger la portée de la mort de Louis XIV conduit à reconsidérer ce très long règne à l’aune du projet politique que ce prince avait lui-même conçu. Ce livre donne à comprendre ce qui s’éteint avec le Roi-Soleil et ce qui va perdurer de son œuvre.
Qu’est-ce qui fait la singulière grandeur du siècle de Louis XIV ? La gloire, le roi de guerre, l’« État machine », la fabrique d’une culture royale : ce souverain a élevé le prestige de la monarchie française au sommet de son rayonnement ; il a achevé d’installer l’appareil administratif de l’Ancien Régime en l’inscrivant dans le patrimoine génétique de nos institutions ; il a érigé les « mystères de l’État » en méthode de gouvernement et fait pénétrer l’éclat de sa figure sacrée jusque dans la plus humble chaumière.
Ce fut une ambition démesurée que les épreuves finiront par dérégler. Quel contraste entre le jeune monarque, ardent réformateur des « années Colbert », qui imprime sa marque à toutes les formes de création dans l’effervescence d’un Versailles baroque et festif, et le vieux roi éprouvé par des guerres interminables, cabré dans la dévotion en pourchassant les ennemis de la foi !
La mort de Louis XIV clôt un chapitre de l’histoire de la royauté et en ouvre un autre : à l’aube du siècle des Lumières, c’est la « manière » de ce monarque, c’est aussi une certaine conception de l’autorité, qui meurent avec lui.