Accueil / Actualités et liens utiles / Événements / Colloques et journées d’études / 15-17 oct. 2015, Granada : Lettres et (...)

15-17 oct. 2015, Granada : Lettres et conflits dans l’Occident tardo-antique et médiéval

Colloque international organisé par B. Dumézil, ANR-DFG Epistola / Cycle Épistolaire politique.
Lieu : Universidad de Granada

Jeudi 15 octobre

9h30 : Bruno Dumézil (Université Paris-Ouest, IUF) et Thomas Deswarte (Université d’Angers), Introduction

Session 1 : Antiquité tardive et haut Moyen Âge

10h : Lionel Mary (Université Paris-Ouest) : « Lettres de guerre : la correspondance de Constance II et Shahpur II en 357-358 chez Ammien Marcellin »

10h 30 : Franz Dolveck (École Française de Rome) : « L’interprétation des dernières lettres entre Ausone et Paulin de Nole, ou comment un conflit peut en cacher un autre »

11h30 : Maxime Emion (Université de Rouen), « Les lettres dans la Guerre des Goths de Procope : motif littéraire et réalités militaires »

12h : Nicolas Drocourt (Université de Nantes), « Une correspondance officielle pour faire la guerre ? De la lettre polémique à la lettre manipulée entre l’Occident latin et Byzance (VIIIe-XIe s.) »

12h30 : Giulia Cò (Università di Trento), « Lettres pendant le schisme de Photius : Anastase le Bibliothécaire et les byzantins falsificateurs »

13h : Nathanael Nimmegeers (CIHAM-UMR 5648), « La géographie ecclésiastique, une source de conflits épistolaires au haut Moyen Âge »

15h30 : Florence Close (Université de Liège) et Christiane Veyrard-Cosme (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3), « Blesser par mots au nom du Verbe dans la controverse adoptianiste : étude historique et littéraire des échanges épistolaires entre Alcuin, Félix et Elipand »

16h : Michael I. Allen (University of Chicago), « Combats fonciers et conflits juridiques chez Loup de Ferrières »

16h30 : Klaus Herbers (Friedrich Alexander Universität, Erlangen-Nürnberg), « A propos d’un conflit religieux : la lettre d’Euloge de Cordoue à Wilisind de Pampelune »

Session 2 : Le Moyen Age central

18h : Martin Aurell (Université de Poitiers), « La correspondance de guerre de Brian fitz comte (c. 1090-c. 1149) »

18h30 : Bruno Lemesle (Université de Bourgogne), « Les lettres papales et les conflits électoraux dans l’Église au cours de la seconde moitié du XIIe siècle »

Vendredi 16 octobre

9h30 : Amélie Rigollet (Université de Poitiers), « Conciliation épistolaire suite à la pendaison de Guillaume de Briouze en 1230 »

10h : Roland Zingg (Universität Zürich), « Ein Kampf um die Deutungshoheit : Briefe alsWaffenim Becket-Streit »

Session 3 : Conflits et défis du Moyen Âge tardif

11h : Néstor Vigil Montes (Universidade de Évora), « Correspondencia para la negociación de la paz luso-castellana tras la batalla de Aljubarrota (1385-1415) »

11h 30 : Lydwine Scordia (Université de Rouen), « ‘Je veulx savoir incontinent que c’est’. L’information des conflits dans les lettres de Louis XI »

12h : Sebastian Kubon (Universität Hamburg), « Die Korrespondenz des Deutschordenslandes Preußen in den außenpolitischen Konfliktenum 1400 : ‚Schwert‘ oder ‚Schild‘ ? Briefe als Instrumente zur Eskalation, Abwehr oder Beilegung von Konflikten »

Samedi 17 octobre

9h30 : Rafael Peinado et Juan Manuel Martín García (Universidad de Granada), « El conde de Tendilla, primer alcaide de la Alhambra, en la correspondencia de su protegido Pedro Mártir de Anglería »

10 h : Luciano Piffanelli (Università La Sapienza, Roma), « ‘Chonsiderati ‘e tempi in che ci truoviamo…’ La correspondance politique des commissaires florentins au XVe siècle entre gestion des conflits et enjeux diplomatiques »

11h : Valérie Toureille (Université de Cergy-Pontoise), « Légitimité de la guerre et usage des lettres de défi en Lorraine au XVe siècle »

11h 30 : Laurent Vissière (Université Paris IV, IUF), « Dialogue épistolaire, défi, insultes. Les lettres ouvertes du duc d’Orléans et d’Henri IV d’Angleterre »

12h : Sára Vybíralová (EHESS), « Le rôle du motif de la trahison dans les lettres de défi en Bohême du XVe siècle »

12h45 : Daniel Baloup (Université Toulouse 2), Conclusions