Accueil / Art et culture / Architecture, jardins et urbanisme / Etudes modernes / Les stations thermales : de l’abandon à la (...)

Les stations thermales : de l’abandon à la renaissance. Une brève histoire du thermalisme en France depuis l’Antiquité

Marie-Reine Jazé-Charvolin

Marie-Reine Jazé-Charvolin, "Les stations thermales : de l’abandon à la renaissance. Une brève histoire du thermalisme en France depuis l’Antiquité ", In Situ, 24, 2014

Résumé de l’article

Avec 108 stations thermales, la France occupe aujourd’hui le troisième rang en Europe pour le thermalisme. Nombre des établissements thermaux sont implantés à l’emplacement même ou à proximité d’anciens thermes romains. En effet, l’usage des installations antiques a perduré à travers les siècles. Parallèlement, de nouveaux établissements ont vu le jour, notamment à partir du XVIIe siècle. Mais c’est autour de 1850 que le thermalisme a pris réellement son envol avec, sur tout le territoire, l’édification d’établissements prestigieux. Bien sûr, chacune des villes d’eaux n’a pas connu la même prospérité. Toutes cependant se sont adaptées et se sont transformées pour offrir aux curistes, non seulement les meilleures conditions de soins mais également celles d’un séjour réussi, se constituant ainsi un patrimoine varié (monuments romains, thermes, casinos, hippodromes, palaces, villas…) doté d’une identité forte et originale. Alors que de nombreux établissements se repositionnent sur le secteur de la remise en forme, l’enjeu d’aujourd’hui est de tirer profit de cette richesse fragile, tout en modernisant les installations pour s’adapter aux nouvelles pratiques.

Lire la suite (Revues.org)