Accueil / Actualités et liens utiles / Événements / Appels à communication / 15 déc. 2016, Lisbonne : Les salles d’apparat (...)

15 déc. 2016, Lisbonne : Les salles d’apparat des palais royaux et princiers en Europe (XIVe-XVIe s.)

Argumentaire

Entre le XIVe et le XVIe siècle les monarchies européennes connurent une progressive centralisation du pouvoir, accompagnée par la diffusion d’idées politiques contribuant à créer une nouvelle image du prince. Cette image était soutenue par un ensemble de manifestations concrètes, instruments visuels d’affirmation et de construction du pouvoir souverain.

Les demeures royales ou princières se trouvaient au centre de ce phénomène. Espaces que la présence du souverain rendait privilégiés, elles abritaient aussi son entourage, qui ne cessait d’augmenter en nombre et complexité, et elles servaient à accueillir les envoyés ou invités d’autres cours. La société de cour se développa ainsi, en premier lieu, au sein de ces édifices.Entre le XIVe et le XVIe siècle les monarchies européennes connurent une progressive centralisation du pouvoir, accompagnée par la diffusion d’idées politiques contribuant à créer une nouvelle image du prince. Cette image était soutenue par un ensemble de manifestations concrètes, instruments visuels d’affirmation et de construction du pouvoir souverain.

Il n’est donc pas étonnant de constater le rôle important que ces palais jouèrent dans l’autoreprésentation du souverain et de sa cour : soit par la nature et disposition des espaces eux-mêmes ; soit par l’ensemble de leur décoration stable et éphémère ; soit encore par les rituels solennels ou quotidiens qui y prenaient place.

Parmi ces espaces, les salles d’apparat s’avérèrent fondamentales pour construire une image efficace de la monarchie. Elles formaient une partie essentielle de la structure palatiale, s’en détachant souvent d’un point de vue architectural. Leur décor reflétait les enjeux politiques présents lors des cérémonies, essentielles pour l’image du prince. Même en dehors de telles cérémonies, ces salles servaient souvent de lieu de rencontre de la cour et elles pouvaient parfois être visitées, ce qui permettait à leur décor d’être commenté par observateurs et panégyristes.

Le congrès va aborder l’ensemble de ces enjeux en partant du thème central de la décoration des salles d’apparat, afin de dégager les liens qui se tissaient entre la décoration, l’architecture et les rituels du pouvoir monarchique dans ces salles entre la fin du Moyen-âge et le début de l’époque moderne. Une série de questions se pose alors : quels facteurs intervenaient dans le choix des décors ? À quelles fins uniques ou variables ceux-ci servaient-ils, à quel public s’adressaient-ils ? Quelles relations établissaient-ils avec l’espace et les cérémonies qui y prenaient place ? Qui les commandait, qui les concevait, qui les réalisait ? Comment ces décors étaient-ils décrits, interprétés, commentés ? Finalement, pour reprendre les questions soulevées lors d’un colloque précédant tenu à Münster, comment l’héraldique s’articulait-elle dans ces décors et dans l’ensemble de toutes les autres formes de représentation du pouvoir ?

Le colloque aura lieu à Lisbonne (Musée archéologique du Carme, dans l’ancienne église carmélite) et Sintra (Palais national de Sintra) le 16-18 mars 2017.

Conditions de soumission
Les communications pourront être présentées en anglais ou français. Réponses souhaitées avant le 15 décembre 2016 avec un court résumé du propos (500 mots) et une note biographique (maximum 100 mots) en anglais ou français à l’adresse suivante : heraldica chez uni-muenster.de ; l’acceptation des propositions sera rendue le 15 janvier 2017.

Évaluation
Les organisateurs sont également en charge de l’évaluation des propositions
Miguel Metelo de Seixas, Universidade Nova de Lisboa
Torsten Hiltmann, Université de Münster

Organisation
Le congrès est co-organisé par Torsten Hiltmann (Münster), Miguel Metelo de Seixas (Lisbonne) et João Portugal (Lisbonne) dans le cadre du projet de recherche lusitano-allemand “In the service of the Crown : The use of heraldry in royal political communication in late medieval Portugal“, financé par la Fondation Volkswagen. Il compte sur l’appui des institutions suivantes : Palácio Nacional de Sintra ; Associação dos Arqueólogos Portugueses ; Instituto Português de Heráldica.