Home / News and links / Publications / Le voyage impérial dans l’Antiquité tardive : (...)

Le voyage impérial dans l’Antiquité tardive : des Balkans au Proche-Orient

Sylvain Destephen

Sylvain Destephen, Le Voyage impérial dans l’Antiquité tardive : des Balkans au Proche-Orient, Boccard, 2016, 482 p., ISBN 978-2-7018-0493-4, 49 € ; rel. 89 €

En 324, la fondation de Constantinople sur les rives du Bosphore modifie les voyages impériaux qui s’organisent désormais autour de la nouvelle capitale. D’abord considérée comme un point de départ ou de passage, Constantinople se transforme en lieu de pou-voir. La reconstitution des itinéraires permet de saisir l’évolution de l’Empire romain dans sa moitié orientale du IVe au Ve siècle, l’État et la cour avançant d’un même pas. Suivi de sa famille et de ses familiers, escorté par les hauts fonctionnaires et les officiers supérieurs, l’empereur se déplace sans cesse. La présence de parents et de courtisans, d’officiels et de soldats, montre que les voyages impériaux possèdent une dimension privée et publique autant que civile et militaire. L’ampleur de la suite et de l’escorte exige de vastes réquisitions pour fournir gîte et couvert, véhicules et attelages. Le système de cour, porté à sa perfection sous la dynastie théodosienne (379-450), circonscrit ensuite les voyages aux environs de Constantinople, devenue le cadre unique du faste impérial.